Trail Tucou Monné Bedat – 25.5km +1600m

La condition à l’inscription au trail du Stade Bagnérais Athlétisme était de terminer les Citadelles dans un état correct. J’ai fini les 22km +1100m un peu usée, tant physiquement que mentalement, mais pourtant pas découragée à l’idée de courir mon premier 25km, cinq semaines après Pâques. Qu’est-ce que c’est, 3km et 400m de dénivelé de plus ? …

Tracé TMB 2016

Les semaines de prépa se déroulent correctement, sur le plat… Vers le 20 avril, de petites tensions se manifestent au niveau de la sacro-iliaque en marchant, mais pas en courant, donc, gaz, je continue ! Cerise sur le gâteau, je passe la dernière semaine de prépa-récup’ à Annecy où je fais un footing d’1h15 en terrain vallonné (+270m) et un footing de 50′ en endurance au bord du lac : quel panard ! Juste de quoi éliminer les fondues et autres repas familiaux, gargantuesques et répétés. Un total de dénivelé cumulé de 1050m depuis le 1er avril (!). Ce sera léger, mais c’est tout ce que j’ai pu faire, éloignement des Pyrénées et mauvais temps obligent… Comme d’hab’ à deux jours de la course, ma phrase fétiche est « On verra bien… ». Et la veille, un petit torticolis vient m’embêter : GE-NIAL !

C’est donc mi-figue, mi-raisin que je pars le 1er mai en direction de Bagnères de Bigorre depuis Saint-Gaudens. Il fait 4°C au thermomètre de ma voiture, mais il fait sec et le vent s’est calmé. Je récupère mon dossard sur la place du musée Salies et vais m’habiller DANS ma voiture, comme la plupart des coureurs autour de moi. Fait quand même frisquet dans ce pays !

Le départ est donné à 8h30. Nous nous élançons mais pas le temps de plaisanter : ça grimpe d’entrée de jeu à travers les sous-bois. Je suis quatrième en partant de la fin. J’entends sans le vouloir une dame raconter que son fils a fait une bringue à Londres avec ses copains et que ça a fait le tour de Bagnères, ça me distrait quelques minutes. Puis, à la première descente, je mets les voiles. Suivent deux kilomètres plus ou moins plats. La terre est meuble mais pas glissante. Le vent est glacé sur les hauteurs et le soleil a du mal à me réchauffer. Nous trouvons vite la neige tombée dans la nuit. Le premier ravito se trouve près du départ, au 5è kilomètre, et n’est pourvu qu’en eau. Je refais le niveau, puis amorce la montée au Tucou. Je sors les bâtons à ce moment-là. Je suis un couple et un autre monsieur qui me servent de lièvres. Je progresse lentement, sans souffrir. La vue est magnifique, j’en profite pour prendre une vidéo.

IMG_20160504_122931

Juste avant de monter au Monné, je double mon petit groupe, qui restera à quelques centaines de mètres longtemps. Puis s’en suit une longue descente de 6,5km et -600m. On longe une belle sente bien boueuse où je me régale. Puis le chemin s’élargit, mais la boue, elle, reste ! Cela me vaudra deux belles chutes, une sur les fesses, l’autre sur les genoux, heureusement sans mal, à peine un hématome sur le genou droit, juste pour prouver que j’y étais !

Nous rejoignons un chemin forestier où je reste longtemps seule, à tel point que je me demande à un moment si j’ai bien suivi les rubalises ! Le Refuge et Mon Dieu que j’en suis à mon aise passent en boucle dans ma tête. Soudain, un vététiste déjà croisé au Tucou me surprend. Je rejoins un couple qui a participé quatre fois au GRP au second ravito du 16è kilomètre. Je les double dans le village de Baudéan. Arrive la grosse difficulté du parcours : la grimpe au Petit Monné, +500m sur 2km… On entend les cloches des courageux pisteurs, et une petite famille me souhaite bon courage, ça motive autant que ça inquiète. Oups, j’ai oublié de remplir ma flask d’eau. Il m’en reste tout de même suffisamment, j’espère ! Je monte vraiment lentement, mais je rejoins un monsieur que je finirai par dépasser, et je serai à nouveau doublée par les multiples finishers du GRP : l’expérience parle ! Je m’arrête deux minutes au sommet pour profiter de la vue, à couper le souffle tout comme la montée !

IMG_20160504_122913

Je craignais avoir les muscles tétanisés pour la descente, mais quelques minutes suffisent à les dégourdir. Allez, plus que 6km ! La portion est rocheuse et assez technique. Je descends prudemment car la fatigue commence à se faire sentir et le pied est moins précis. Je suis un coureur qui me laissera finalement passer sur une zone plate dans les prés où il est contraint de marcher. Nous arrivons dans les sous-bois. Une jeune femme est assise en bord de chemin forestier : elle s’est tordu la cheville, qui s’est mise à gonfler. Elle refuse que je reste avec elle, elle va attendre les derniers bénévoles pour redescendre. Elle est ingénieusement munie de compresses froides, je n’y pense jamais malgré mes mésaventures de juillet. Je lui souhaite bon courage, elle va en avoir besoin… Un peu avant une chapelle, je rejoins une dame qui, de sa confession, a mal aux cuisses. Nous courons les deux derniers kilomètres ensemble puis je me permets d’accélérer dans la descente de goudron sur Bagnères.

J’atteins la place en 4h26. Mon Dou m’y attend depuis trois quarts d’heure, il s’est gelé en moto pour venir. C’est beau l’amour ! Je suis 188è sur 200, dernière sénior féminine. Qu’importe, ce trail fut un vrai bonheur ! Je n’ai mal nulle part ou presque : les quadri sont un peu durs, les pieds chauffent (mes chaussettes « spéciales courses » sont dans le panier à linge sale), la nuque tiraille, mais j’ai le sourire jusqu’aux oreilles ! A aucun moment je me suis demandé ce que je faisais là. Le parcours fut exigeant, parfois technique mais varié, et les panoramas ont gommé un peu la douleur. En terme de boue, le TMB n’a rien eu à envier aux Citadelles cette année. Le cassage de fibres est fait pour le reste de la saison ! Seul bémol, des ravitos pas assez complets à mon humble avis, même si je ne suis pas une grosse mangeuse (pendant les courses, je précise…), mais le buffet d’arrivée était sympathique. Un gros big up aux bénévoles qui ont dû finir congelés sur les crêtes à cause du vent ! A noter le peu de déchets rencontrés et ramassés…

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s