BMT – 17,5km +1000m

Je ne devais pas y aller. Je ne voulais pas y aller. Pas après deux échecs (un forfait, une annulation). Pourtant… En novembre, j’ai suivi le mouvement à l’inscription au « Black Mountain Trail », trois autres Limbréts ayant prévu de courir la Black Race 32km +2100m. Mais chemin faisant, je me rends compte assez tôt que l’entraînement ne sera pas suffisant, et qu’il vaut sûrement mieux répéter de courts efforts qu’un seul gros pour préparer les 40km des Citadelles. Je bascule logiquement sur l’Objectif Nore 18km +1000m.

La veille, je n’ai aucun regret de m’être « déclassée » : fatigue mentale et physique m’ont envahie depuis plusieurs jours. Même le trajet d’1h30 jusqu’à St-Amans-Soult m’est pénible, émaillé de plusieurs zigzags sur la route… Je suis encore dans le coton quand je retire mon dossard vers 10h30. Mon Dou me souhaite une bonne course par téléphone, je lui réponds que je vais y aller cool et essayer de me faire plaisir malgré la fatigue et le rhume. Il fait beau et frais, je me persuade que ça va être chouette. Aucune pression ! Je fais semblant de m’échauffer, je traîne jusqu’à ma vague de départ (50 coureurs toutes les 10 minutes). A 10h55, je suis refoulée du sas car les deux contrôleurs ne me trouvent pas sur leurs listes ! Je laisse passer les traileurs pressés. Trente secondes avant le coup de pistolet, j’ai finalement le droit de me rendre derrière la ligne (mon nom était présent depuis le début).

Je pars donc dernière, et ça me convient très bien. A petites foulées, je remonte une vingtaine de coureurs sur la mince route en faux-plat montant. C’est bien la première fois ! Nous arrivons vite en lisière de forêt sur un single de terre. Ouf ! Ça ne glisse pas ! Je trottine tranquillement, puis je dois dégainer mes bâtons, la pente se corsant un peu. Je souhaite m’économiser le plus possible. Je suis contente de les avoir pris car les courtes relances se font toute seules, pour ainsi dire ! Personne ne moufte. Je suis concentrée : je pousse bien sur mes cannes, je choisis précautionneusement mes angles d’attaque, j’essaie de relâcher les épaules. Je double un jeune homme qui reste dans ma roue un long moment dans le bois. Je lui sers de lièvre mais j’entends à son rythme respiratoire que je vais bientôt le distancer. Il se fait gentiment chambrer par les bénévoles en passant devant le premier ravitaillement « La cabane des chasseurs » d’où s’échappe un doux fumet de saucisse grillée : « Allez viens, on va te soigner ! ». Je ne m’y arrête pas. En fait, j’ai d’abord cru à une vraie réunion de chasseurs, totalement indépendante de la course ! Mes prédictions étaient justes : sur une piste large à faible inclinaison mais boueuse et un peu accidentée, je fais l’effort de courir. Mon poursuivant ne m’emboîtera pas le pas.

Nous évoluons maintenant sur une neige en cours de fonte. Elle est bien damée par les coureurs me précédant et je patine un peu. Je me stabilise à l’aide des bâtons : encore une bonne raison de les avoir pris !

IMG_20180303_121606

Le parcours bifurque à gauche sans crier gare. Des coureurs m’ayant dépassée peu avant tirent tout droit avant d’être rappelés par d’autres concurrents. Heureusement car seule, je pense que je me serais également trompée… Nous remontons dré dans l’pentu à travers bois. Le manque d’entraînement sur côte longue se fait sentir à ce moment-là, mais je serre les dents. Après avoir plongé les mollets dans la vase, nous rejoignons l’itinéraire de la Black Race. Il y a foule… Sur une côte enneigée, une jeune femme me double en me parlant des bâtons. Je ne sais pas si elle me charrie, car elle n’en a pas et grimpe bien plus vite que moi, mais je suis tellement plus à l’aise qu’il y a quinze jours à Dun que je ne m’offusque pas.

Nous accédons enfin au plus haut sommet de la Montagne Noire, le pic de Nore culminant à 1211m (!), surplombé d’une antenne TDF de 100m (!). Je m’attends à voir débarquer à tout instant Pinpin et Pilou, les homologues tarnais/audois de Tintin et Milou…

 

 

 

 

Je fais une bonne pause au ravito, où le buffet est garni de diverses charcuteries locales et de crêpes toutes chaudes : le bonheur ! S’il n’y avait pas la cohue au bar, j’y resterais bien l’après-midi… Mais je reprends mon chemin… qui se fait de plus en plus mouvant ! Ornières, boue, flaques sans fond, granité… N’en jetez plus !

IMG_20180303_125044

En plus, je pleure tout mon soûl à cause de la bise glaciale, et je me mouche toutes les vingt secondes : hey sexy lady ! Nous arrivons à une croix où les bénévoles nous préviennent : « Attention ! Ça descend fort et il y a de gros cailloux ! » Bon, j’ai déjà vu pire, mais ça a le mérite de relever mon niveau d’attention. Des motards enduristes sont empêtrés dans la bouillasse et nous laissent passer. La descente se déroule réellement bien et la foulée reste fluide. Je reprends pas mal de coureurs, notamment ceux engagés sur le 32km certainement plus « cuits ».

 

 

 

 

Et puis, un peu plus tôt que prévues, viennent la route menant au village, ainsi que l’arche de l’arrivée après 2h39 de course (oui cette fois-ci j’ai quand même couru un peu !), 58è féminine/158, 37è SEF/93. Y aller cool et se faire plaisir? Check ! Je rejoins Fabien pour un petit débrief et une courte séance de cryothérapie dans la fontaine de la place de l’église. Le métier re-rentre tout doucement et j’ai récupéré, en sus d’une rhino-pharyngite carabinée (dans un pays de chasse, normal…), un gain de confiance certain sur ce parcours de basse montagne. Affaire à suivre…

 

 

 

 

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Yvan dit :

    Récit sympathique comme d’habitude.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s