Trail de la Courbière – 23km +1500m

Une course préparatoire qui aurait pu passer à l’as… Fin 2017, je lis le programme de l’organisation en travers, en pensant que je travaillerai ce weekend-là. Finalement, non, et, après le BMT, je le propose aux Limbréts. Les fêlés du croupion (et d’autres) déclinent, Fabien approuve, et rameute Leslie en plus ! Banco !

Trois Commingeois se retrouvent donc sur la ligne de départ de ce trail court annoncé en 23km +/-1350m. Bien qu’allégée à cause de ma rhino-pharyngite et d’une toute petite tension, ma semaine « de charge » fut tout de même bien remplie. Vous l’aurez deviné, en ce moment je cherche à faire du déniv’ ailleurs qu’à la maison. Je sais que mon organisme va faire le museau pendant cette rando-course, mais c’est le moment de vérité : soit ça passe, soit ça casse…

IMG_20180313_113735
Photo Fabien
IMG_20180311_084841
Parc pyrénéen de l’art préhistorique de Tarascon. Il nous ont volé Gar & Saillant !!

Ça sent bon le printemps au Parc pyrénéen de la Préhistoire ce dimanche matin, pourtant, nous sommes tous les trois un peu en dedans. Un réveil trop matinal sans doute. Nous partons en queue de peloton, heureusement, les deux premières centaines de mètres descendent et nous nous laissons porter. Nous décrivons un escargot dans les côtelettes du parc, et j’ai confirmation qu’il n’y a pas beaucoup d’essence dans le moteur ! Mais comme notre copain Double-Ki sur sa nouvelle bécane, je veux savoir jusqu’où je tiendrai sur la réserve…

Au bout d’une vingtaine de minutes, arrêt buffet sur le single, ça bouchonne ! Nous ne sommes pas haut en altitude mais il y a quelques marches constituées de petits rochers qui doivent refroidir certains. Les bénévoles ont passé un coup de séchoir dans la semaine, je sens que les parages vont me plaire. Nous redescendons un peu dans juste ce qu’il faut de boue, simplement de quoi prendre l’élan nécessaire pour ce qui sera la première difficulté, presque à froid : une colline de +450m sur 3km. Les pistons sont grippés mais je grimpe régulièrement. Les Pyrénées de la Haute-Ariège se dévoilent progressivement, je m’arrête pour les admirer. L’objectif réside tout de même à se maintenir en forme afin de parcourir ces cimes-là plus tard dans la saison.

received_10156183151344362
Photo Fabien

Un peu avant le sommet, je colle au train d’un jeune homme casquetté. Je ne suis pas assez confiante pour le doubler en côte. Nous amorçons la descente. Il conserve un faux train qui ne me convient pas. Il me faut récupérer des efforts de la montée, je prends mon mal en patience, mais il me laissera finalement passer à un endroit à peine technique. Ce n’est pas pour ça que « j’enverrai » davantage, mais au moins je déroulerai sans cassure de rythme. Une dame râle de ne pas savoir descendre. Il faut dire que la sente, plutôt piégeuse, oblige à la concentration et à la pose de pied précise. Faut pas y mettre le talon là… Je m’arrête deux minutes au premier ravito au 8èkm avant de me renfoncer dans la forêt.

IMG_20180311_105345
La Courbière

Nous traversons le charmant village de Gourbit pour remonter tout doucement. Je n’apprécie pas vraiment ces côtes peu prononcées : je suis entre deux niveaux et je ne sais toujours pas s’il vaut mieux courir ou marcher. En gestionnaire, j’alterne sur environ 4km de faux-plats, plutôt joueurs mais usants… Heureusement deux filles me servent de lièvres avant que je ne les dépasse sur une petite route.

Après un court coup de cul, je tombe sur le dernier ravito, au 13èkm environ. Mes « hases » n’y font pas halte et reprennent un peu d’avance. Pas grave, j’ai soif de Coca (je n’en bois quasiment que sur les courses, et c’est généralement ce qui me donne le plus envie). Je me sers, lève la tête, et vois Jean-Marc, mon acolyte du trail du Maquis ! La première chose que je remarque, c’est que, comme moi, il s’est muni de bâtons : « Ah non ! Pas deux fois la même erreur ! » Ce serait drôle que nous finissions encore ensemble. Mais j’ai repris du poil de la bête et je mets plus de rythme, il ne me suivra pas dans la deuxième bosse du parcours +400m sur 3km. Je fais la hase pour un petit groupe de traileurs jusqu’à accéder au point culminant du parcours, à 1200m (!), chouette balcon sur le pic des Trois Seigneurs et la vallée de la Courbière, ruisseau que nous poursuivons depuis le départ.

IMG_20180311_173157_762
Vue sur le Pic des Trois Seigneurs

 

 

 

Je discute trente secondes avec un VTTiste qui me prévient que le début de la descente est délicat. En effet, c’est bien raide, en dévers, avec plein de racines et de cailloux. Une corde est tendue sur la droite. Souci, celle-ci devient vite bien trop haute pour la chèvre naine que je suis ! Ma poursuivante me fait remarquer que ce serait beaucoup plus pratique en tyrolienne : j’imagine et j’adhère totalement au concept ! Même si la fatigue pointe le bout de son nez, je me régale, le terrain étant ensuite tantôt ludique, tantôt souple.

IMG_20180311_122441
Séance grimpe pour d’autres

Parvenue au 20ème kilomètre, j’ai hâte d’en finir. C’est sans compter les derniers kilomètres de plat, qui, de l’aveu de beaucoup, ont tapé fort sur les casques ! La cerise fut la traversée d’un « champ-rizière » où je défie les Kényans de courir sur l’avant-pied ! J’y dépasse le jeune homme m’ayant prévenue peu avant que la descente était longue : « Je confirme, garçon ! » Je mets vingt minutes à parcourir ces trois kilomètres, mais suis tout de même ravie des progrès réalisés. Il y a deux ans, il est certain que j’aurais marché la majeure partie. Une dernière bossette de rien du tout, juste là pour péter les guibolles et le moral, me fait basculer sur le pré derrière le parc. Je clos ce difficile parcours de 23,6km +1490m à ma montre en 3h50, 21è féminine/33 et 10è SEF/16.

Je rejoins Leslie et Fabien, m’attendant au buffet depuis vingt minutes, sous le soleil. Tout le monde s’est bien amusé. Pompon de ce dimanche parfait : avoir le choix de la couleur de sa bière pression, blonde ou ambrée ! (Le ticket m’attendait évidemment bien au sec dans sa poche congélation, en cas de petite averse ! On n’est jamais trop prudent !)

Je tiens à remercier tous les bénévoles de l’organisation, vraiment aux petits soins et souriants.

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s